Comment en finir avec le gaspillage informatique

LiveWorx 2017 : “Les données sont le nouveau pétrole, l’IoT est le nouveau PLM”
juin 14, 2017

Le nombre d’ordinateurs, tablettes, téléphones portables, box internet ne cesse d’augmenter, sans que leurs utilisateurs se préoccupent de leur consommation d’électricité. L’Ademe met aujourd’hui l’accent sur l’impact environnemental du numérique et les gestes qui permettent d’y remédier.

 

 

GASPILLAGE

Le web brille de mille feux sans qu’on s’en rende compte. «Un mail avec un document d’un méga-octet en pièce jointe consomme l’équivalent d’une ampoule allumée pendant une heure », assène Bela Loto Hiffler, auteur de « les Eco-gestes informatiques au quotidien », un guide publié par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe). Ce même mail fait 15 000 kilomètres pour atteindre son destinataire. C’est aussi la distance accomplie par un téléchargement ou une requête sur un moteur de recherche. Chaque courriel émet 20 grammes de CO2 pour arriver. Les techniques de l’information et de la communication (TIC) ont certes facilité nos vies. Mais au prix d’un coût énergétique et d’un fardeau environnemental dont on peine à prendre conscience.

Il va pourtant bien falloir se réveiller. «Les Français possèdent 160 millions de produits informatiques, qui se partagent entre 74 millions de téléphones portables et 86 millions d’ordinateurs, tablettes et écrans divers, expose Roland Marion, ingénieur à l’Ademe au service produits/efficacité matière. Chaque année, ils achètent 25 millions de téléphones portables, 10 millions d’appareils informatiques supplémentaires si bien que notre pays produit tous les ans 30 000 tonnes de déchets électroniques et électriques ». Il y a 20 ans seulement, l’ordinateur était un outil exclusivement professionnel et pas encore un équipement du foyer. Et le téléphone portable était moins répandu. Aujourd’hui, 83% des Français sont connectés à Internet et les foyers possèdent plusieurs mobiles.

Un gaspillage de matière doublé d’une débauche énergétique

TERRES RARES. Cette débauche de consommation ne durera pas longtemps si elle n’est pas freinée, par gaspillage des matières premières et pénurie de produits essentiels à la fabrication des écrans. Selon l’Ademe, la fabrication d’un ordinateur nécessite 240 kilos de combustibles fossiles, 22 kilos de produits chimiques et 1,5 tonne d’eau. Les écrans ont surtout besoin de terres rares. Or, ce matériau présent essentiellement en Chine n’a que 20 ans de réserves prouvées… L’industriel a donc la responsabilité d’allonger la durée de vie du matériel mis sur le marché. Mais le consommateur peut également renoncer à changer de téléphone tous les 18 mois comme c’est le cas actuellement et bichonner son ordinateur. «En nettoyant régulièrement son disque dur, en éliminant les programmes inutiles et en se débarrassant des documents obsolètes, on prolonge la durée de vie de son appareil», assure Bela Loto Hiffler qui plaide aussi pour un achat raisonné d’outils dont on a vraiment besoin.

Tous ces appareils consomment. Et cela commence à se voir. « Les TIC représentent désormais en moyenne pour un ménage une consommation de 800 kWh par an, soit 40% de la dépense électrique hors chauffage », précise Roland Marion. Et cela ne va pas s’arranger avec les objets connectés qui vont augmenter la consommation de 100 kWh par foyer. La Wifi est en effet plus consommatrice d’énergie qu’une alimentation filaire. Les box et décodeurs vont aussi peser plus sur le compteur. Selon les constats de l’Ademe, le récent changement de décodeurs de Canal+ a provoqué une hausse de la facture d’électricité équivalente à un treizième mois d’abonnement à la chaîne cryptée.

Eteindre les appareils quand ils ne servent pas

BUREAU. Face à cette débauche, une seule vraie solution : débrancher quand les appareils ne servent pas. « Une box éteinte, c’est 20 euros d’économie par an, avise Roland Marion. Ca peut paraître peu, mais au niveau de tous les ménages français, cela représente deux milliards d’euros de facture d’électricité en moins par an ! ». On pourrait multiplier ces économies d’énergie par deux en agissant auprès des entreprises. 13 millions de Français (46% de la population active) vont 200 jours par an dans un bureau s’asseoir devant un ordinateur. Mettre les ordinateurs en veille, supprimer les économiseurs d’écran animés qui n’économisent rien, éteindre son poste de travail quand on s’éloigne plus d’une heure, limiter le nombre de programmes ou d’onglets ouverts, cibler ses envois de mails et éviter les pièces jointes lourdes, tels sont les gestes que l’Ademe va désormais diffuser à plus grande échelle grâce à des brochures, des contacts avec les entreprises et désormais le guide. L’agence entend aussi faire réfléchir sur les vieilles habitudes. Ainsi, les imprimantes crachent toujours autant de papier alors qu’1/4 des documents sont jetés 5 minutes après avoir été imprimés et que 16% ne sont même jamais lus !

Lire l'article d'origine

Powred by Sika Technologie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *