Histoire des objets connectés (IoT / IdO)

Cet algorithme imite la voix humaine!
avril 25, 2017

Et si nous essayions de remonter aux origines de l’Internet des Objets ? Là aussi, l’exercice est ardu. On pourrait aussi bien débuter notre rétrospective à l’apparition d’Internet, mais tout le monde connait déjà cette histoire. Tentons plutôt notre propre approche.

 

 

Nous pouvons retracer la naissance de l’Internet des Objets jusqu’à un nom :  Rafi Haladjian. En 1994, cet entrepreneur français, d’origine arménienne et libanaise, fonde le premier opérateur internet de France : FranceNet. Peu après son rachat par British Telecom en 2001, Rafi fonde le fournisseur de connexion Wi-Fi communautaire Ozone puis, en 2003, l’entreprise Violet. Son slogan : « Let all things be connected ».

Vous l’avez compris, Violet a proposé ce qu’on pourrait considérer comme le premier objet connecté : une lampe DAL, connectée en Wi-Fi, qui s’est vendue à une cinquantaine d’exemplaires à 790€ chacun. Grâce à ses 9 LED’s, le dispositif pouvait s’allumer de différentes couleurs en fonction de différents événements, liés à la météo, la Bourse, la pollution, les alertes Google ou encore des « envois de messages de couleurs » par sms ou email.

Un peu plus tard, en 2005, Violet lancera le Nabaztag, qui deviendra l’icône des objets connectés. Ce lapin connecté en Wi-Fi peut déjà lire des mails à haute voix,  émettre des signaux visuels et diffuser de la musique. L’objet est toujours commercialisé aujourd’hui, sous le nom de Karotz.

 

Mais l’aventure ne s’arrête pas là. En 2010, Rafi Haladjian lance Sen.se, une nouvelle société qui a pour but de développer des objets connectés et une plateforme afin de récolter les données de la vie quotidienne et tenter de leur donner du sens. Ce projet aboutira en 2014 avec la création de Mother, un système permettant de connecter chaque objets grâce à de petits capteurs. Une espèce d’objet connecté universel principalement tourné vers la domotique.

L’histoire des objets connectés s’écrit chaque jour un peu plus. Chaque instant, à l’échelle mondiale, ils apparaissent, disparaissent, sont améliorés, réfléchis.

Selon l’Institut Montaigne, 10 milliards d’objets connectés existent déjà dans le monde. A l’horizon 2025, ils représenteraient un potentiel de création de valeur en France de 138 milliards d’euros. Beaucoup rêvent grâce à eux car les opportunités de création qu’ils offrent paraissent quasi infinies… Business reposant sur la notion de « big data », ils nous connaissent parfois trop bien. Mais leur efficacité est indéniable : ils nous facilitent aussi la vie. Les objets connectés agitent les consciences, divisent et rassemblent. Au sein du débat public, ils soulèvent des problématiques liées à la fois à l’innovation et à la protection des droits des individus. Au centre de ce grand débat et de cette «révolution numérique», que nous vivons déjà depuis les années 2000, la confiance entre les différents acteurs de la chaîne de l’écosystème numérique est primordiale.

 

Sika Technologie

 

Comments are closed.